La lutte

nymphomane villeurbanne plan cul

Bonjour les amis ! Comme certains d’entre vous l’ont peut-être remarqué, je n’ai pas affiché un seul message la semaine dernière, à l’exception d’un court texte pour faire savoir à tout le monde que j’étais à Toronto et que je travaillais dans une salle de rédaction pour une série télé.
Eh bien, je suis de retour. La semaine a été rude mais globalement agréable. Dimanche dernier, en l’espace de 3 heures, j’ai laissé derrière moi ma maison, mes amis, ma famille, mes passe-temps, mon travail et, bien, à peu près tout sauf mes vêtements, mon ordinateur portable et ma PS3. Tout cela au nom de mon rêve. De plus, quand je suis arrivé à Toronto, la plupart des endroits où j’avais l’intention de rester avaient des punaises de lit, alors j’ai fini par vivre sur le canapé de mon ami pendant les cinq premiers jours. J’ai aussi travaillé de 9h à 20h, donc je n’avais pas de vie et pas d’espace personnel pour réfléchir.
C’est délicat, quand on rentre d’une longue journée, de ne pas avoir de refuge où se détendre et de laisser s’estomper les soucis de la journée.
J’ai donc atteint le point de rupture mercredi,
quand j’envisageais d’abandonner et de rentrer chez moi. Je venais de terminer une longue journée de 12 heures, est-ce que je passais prendre de la nourriture thaïlandaise à quelques pâtés de maisons près de ma maison ou de mon landau temporaire, j’avais le mal du pays et… J’ai manqué ma vie, tu vois ?
Je voulais aller au travail et dire « suuuuup » à Jon, mon collègue de travail et génie de la technologie. Je voulais me moquer de Lanni qui vole des biscuits, faire un câlin à Anisha, aller prendre un café avec Julia et me soûler avec Emma. Je voulais jouer à Street Fighter avec Renato, parler de merde avec Etienne, faire semblant d’apprendre Marvel avec Roman, m’exciter avec les nouveaux cheveux de JF, regarder un film merdique avec Annie, dire « An Ouais Gertrude » avec Adam et Mat, et tant d’autres amis qui me manquaient. Je voulais sortir avec Nic, Marc et JP, me soûler et rencontrer de nouvelles femmes.
Je voulais que ma petite sœur me fasse un câlin et qu’elle me dise que tout allait bien se passer.
Mais je ne pouvais pas, parce qu’ils étaient tous à 500 kilomètres.
Mais je n’ai pas abandonné. Ce n’est pas vraiment dans ma nature de le faire, et je me suis entraîné à persévérer tout au long de mon enfance. Alors j’ai foncé en avant. J’ai pensé à des pensées heureuses et je me suis dit que les choses allaient s’arranger, et je me suis vraiment poussé à être plus positif.
Jeudi, je me sentais beaucoup mieux. J’avais, à ce moment-là, créé un système dans la chambre de l’écrivain qui m’a amené à travailler beaucoup moins, car l’installation initiale était terminée et les fournitures étaient prêtes quand nous en avions besoin. En plus de cela, il s’est passé quelque chose de spécial au travail dont je ne peux pas encore parler, et c’était incroyable.
Vendredi quand même ? C’était le meilleur jour. Je suis rentré du travail et j’ai rencontré Tim, le troisième colocataire où je vivais, qui était à la maison en même temps que moi. Il m’a proposé de sous-louer sa chambre pour quelques semaines, pendant qu’il restait chez sa petite amie. Boom, juste comme ça, j’avais un lit. Plus important encore, j’avais un espace pour appeler le mien.
J’ai nettoyé la chambre et j’ai dormi comme un bébé tout le week-end. J’ai fait des siestes chaque fois que j’ai pu, et je me suis suffisamment régénérée pour sortir seule le samedi soir. C’était génial ! J’ai rencontré des tonnes de fous dans les bars que j’ai percutés, puis je suis allé à l’autre bout de la ville à 2 h du matin pour rencontrer un de mes amis dans un club. On a dansé, on a bu, on a passé un bon moment, et on a fini chez moi à 4h du matin et on a joué à Marvel.
Juste une chose :
N’abandonne pas, putain. Si vous voulez quelque chose en suffisance, faites ce qu’il faut pour l’obtenir. Rien de précieux n’est facile, et en général c’est d’autant plus doux quand on se débat en cours de route. Je sais que si j’avais trouvé un lit le soir de mon arrivée, je n’aurais pas apprécié ma chambre actuelle autant que je le fais (indice : j’adore ça, la poussière et tout). J’ai dû travailler très fort au cours des sept derniers jours pour obtenir quelque chose de vraiment basique, et le résultat est génial.
Ce n’est que le début de nombreux grands événements à venir, et j’ai confiance que de belles choses vont continuer à m’arriver. Oh, et vous aussi 😀
As-tu déjà vécu quelque chose de dur, pour arriver à quelque chose d’incroyable ? Laissez un commentaire et racontez-moi tout !

Pour lui parler cliquez ici

contactez la pour un plan cul