La race Spartiate

etudiante aulnay sous bois plan cul 93

Il y a environ deux mois, j’ai mentionné aux membres de ma liste de diffusion (inscrivez-vous à droite !) que j’avais participé à la Spartan Race. Pour ceux d’entre vous qui ne sont pas au courant, il s’agit d’une course à obstacles de 5 km, et des milliers de personnes y participent chaque année. Y compris moi.
Voilà comment ça s’est passé.
Mon ami Renato et moi nous nous sommes regardés en nous tenant entre des centaines d’autres participants sur la ligne de départ.
« Mec, je pense enlever ma chemise. Il va faire beaucoup trop chaud « , dit-il.
« Bonne idée. »
On a jeté nos chemises dans le coin. Peut-être qu’un veinard prendrait des tees gratuits plus tard.
« CINQ… QUATRE… TROIS… TROIS… DEUX… UN… AAAAARRRGGGGGGGHHHHHH »
Tout le monde a crié et a chargé la ligne au début de la course. Les gens faisaient du jogging à un rythme brutal alors que nous nous frayions un chemin à travers un épais brouillard de fumée. Premier obstacle : les charbons ardents. Ce n’est pas grave, la foule et moi avons pris un départ en trombe, puis un petit saut et c’était fini.
À ce moment-là, j’ai perdu de vue Renato. Je savais qu’il était plus rapide que moi, et plutôt que de m’épuiser à essayer de rattraper mon retard, je me suis accroché à mon rythme. 10 minutes plus tard, et je suis toujours aussi fort.
« Ce n’est pas si mal », me suis-je dit.
Ils ont dit que c’était une colline, mais ils mentaient. C’était plus comme une montagne.
« Pff, pas de problème », me suis-je dit, alors que je commençais à courir sur la piste.
15 minutes plus tard, je haletais, je boitillais et j’essayais d’ignorer la douleur dans mon côté. Encore 15 minutes, et je pouvais à peine me lever. Mais la colline n’en finissait pas moins d’avancer. C’était la montée la plus épuisante de l’histoire. Mes jambes étaient complètement engourdies et j’avais peur de glisser et de me briser le cou.
Lorsque nous avons atteint le sommet de la montagne et que la descente a commencé, j’étais en extase ! C’était ça ! J’avais enfin réussi ! Mais c’était un piège.
La descente était encore plus dangereuse et fatigante que la montée. Il y avait aussi une fosse de boue tous les deux cents mètres, dans laquelle beaucoup de concurrents perdaient leurs chaussures (sans blague, j’en ai vu une flotter là-dedans. Je me demande comment cette personne a réussi à rentrer chez elle ?) Heureusement, mon Vibram Fivefingers sexy était attaché avec du velcro, alors j’ai piétiné et je me suis frayé un chemin dans la boue avec joie.
J’ai vite découvert qu’une fois que vos pieds sont immergés dans un pied de boue épaisse, ils vont être glissants pendant les dix prochaines minutes. Après la boue, j’ai été forcé de marcher lentement sur les sentiers, puis de me mettre sur le cul et de glisser le long des sections rocheuses pour ne pas tomber et me tortiller quelque chose.
Après ce qui semblait être une éternité, j’ai finalement atteint le sommet de la colline.
Je me souviens m’être dit que je ne m’étais pas assez entraîné pour cette course une fois que j’avais atteint le fond, car j’ai découvert que nous n’avions parcouru que 2 des 5 km nécessaires pour terminer. J’avais été dépassé par tous les autres participants pendant l’ascension, et j’avais peur de mourir avant la fin.
Heureusement, mon entraîneur Jon Lemieux, sergent instructeur résident et sadique, a fait un excellent travail de formation. J’ai franchi les obstacles et j’ai vu beaucoup de coureurs qui m’avaient dépassé plus tôt se débattre avec les exercices les plus élémentaires.
Tout d’abord, le roulement du poignet : un bâton de bois avec une corde et un poids attaché à celle-ci, et j’ai dû l’enrouler vers le haut puis vers le bas. No problemo. Un peu de jogging, et nous avons atteint le sentier sinueux à travers les bois, où nous avons dû porter un sac de pierres sur notre épaule et faire du jogging. C’est du gâteau.
« Trop facile », pensai-je. Puis nous sommes arrivés au crawl de boue des barbelés.
Ça a l’air dingue ? C’est parce que ça l’est. J’ai estimé qu’il y avait environ 80 m de boue profonde, recouverte de fil barbelé planant à environ 40 cm du sol. Ce qui veut dire qu’on a dû ramper, parfois sur le ventre.
J’ai sauté dedans, et j’ai commencé à ramper comme un fou, exactement comme je l’ai fait au gymnase. Croyez-le ou non, le plus dur n’était pas de ramper : mes muscles pouvaient le supporter. C’était de naviguer autour des autres personnes, qui n’avaient pas exactement la technique vers le bas. En fait, beaucoup d’entre eux flottaient et rampaient comme des poissons morts, ce qui aurait été hilarant, sauf que je voulais désespérément passer.
J’ai fini par ramper beaucoup autour des gens, ce qui signifie que je suis soit monté sur les côtés où le fil barbelé était plus bas, soit je suis tombé dans des fosses très profondes.je me suis gratté les coudes et les genoux un peu, et ils avaient l’impression que des morceaux de verre et du papier abrasif les frottaient à la fin. Alors que j’approchais du dernier obstacle de la fosse, mon coude droit a glissé et je suis tombé la tête la première dans de la boue très profonde. Miam, ça avait le goût de la terre.
Finalement, j’en avais fini. J’ai fait 30 burpees sur l’obstacle suivant, puis je suis arrivé à la traversée de la rivière en barils.
J’EMMERDE ÇA ! J’étais couvert de boue et j’ai sauté directement dans l’eau, me plongeant la tête dans l’eau pour nettoyer. 20 secondes de brasse plus tard, et j’étais de l’autre côté, clean comme un sifflet.
Pour sortir de l’eau, j’ai dû grimper sur ce qui ressemblait à une paroi rocheuse. Alors que je glissais et griffonnais, une voix derrière moi m’a demandé si j’avais besoin d’un coup de pouce. Sans me tourner, j’ai dit « bien sûr », et les deux mains m’ont poussé jusqu’à ce que je me lève. Je me suis retourné pour le remercier. Il s’avère qu’il mesurait environ 1,80 m, pesait 220 kg et essayait de griffonner. Comme il a échoué, je lui ai tendu la main.
Il a hésité une seconde, puis l’a attrapé, et je l’ai remonté. Travail d’équipe bébé. C’est l’esprit de la course.
La dernière partie comportait de nombreux obstacles d’escalade, qui étaient super faciles. Je ne pèse qu’environ 153 lb et je peux facilement soulever mon poids à l’aide d’une corde. Ce que j’ai fait, dans l’ascension en corde verticale. Deux fois plus quand j’ai gratté les murs de bois, et une dernière fois avec la corde nouée en haut de la colline presque verticale.
Alors que j’approchais de l’avant-dernier obstacle, des tubes de plastique en forme de tunnels par lesquels je devais ramper, suivis d’une montée en filet sur un mur de 6 mètres, mon mollet gauche s’est cramponné. Je n’ai jamais rien ressenti de tel. On aurait dit que le long muscle qui court de l’arrière de ma cheville jusqu’à mon genou se relevait en boule.
J’ai crié de douleur et je suis tombé par terre, serrant la terre dans mes bras et attendant qu’elle passe. Un groupe de femmes et d’enfants regardaient de la ligne de touche et criaient des encouragements.
« Ne t’inquiète pas, c’est juste une crampe ! Ça passera, étire-toi et masse-le ! »
C’est ce que j’ai fait. Cinq minutes plus tard, je me suis levé et le sang s’est lentement répandu sur mon visage. J’ai fait un pas hésitant, deux ou trois sauts, je me suis tourné pour sourire aux spectateurs et je me suis éloigné en trottinant.
« Oui ! Vas-y, toi ! Spartaaaaan ! crièrent-ils, et une quinzaine d’entre eux se levèrent et applaudirent. Un petit garçon a couru vers l’avant pour m’atteindre cinq fois plus haut que lui alors que je passais devant lui. Même si je n’ai fait que survivre à une crampe, je me sentais comme un champion.
Quelques minutes plus tard, j’atteignis le dernier obstacle : Des mecs de style Gladiateur américain portant des bâtons de pugil. Un idiot a foncé à droite du premier, qui s’est retourné et l’a fait trébucher. J’en ai profité pour passer devant lui, mais j’ai rencontré le deuxième gladiateur qui m’attendait.
Je me souviens que Jon et moi avons plaisanté sur la façon dont il a battu le gladiateur la dernière fois, et avons décidé de faire exactement ce qu’il m’a dit qu’il faisait.
Fais semblant d’être à gauche, et le gladiateur a basculé par là. Faire semblant d’avoir une droite, et il a mis tout son poids à déplacer la balançoire dans l’autre sens, à ce moment-là, j’ai tourné à nouveau vers la gauche et j’ai couru droit devant lui.
Booya !
La course était terminée ! J’avais survécu à l’événement le plus éprouvant de tous les temps, et je m’en étais sorti sans blessure majeure. Je crois que mon temps total était d’environ 1 heure 40 minutes, mais je pourrais me tromper. Je mettrai à jour ce post avec les résultats quand je les aurai.
Couvert de boue, de coups de soleil, d’ecchymoses, de meurtrissures, d’éraflures et de joie, je suis tombé sur ma voiture, prêt à rentrer à la maison avec un gagnant.
Et Renato ? Il s’est tordu la cheville au milieu de la course et s’est frayé un chemin à travers les obstacles pour vaincre toute chance et sauver la journée, terminant 20 minutes avant moi. Si ce n’est pas un dur à cuire, je ne sais pas ce que c’est.
Vous avez fait quelque chose de fou et de physique dernièrement ? Poussé toutes les limites que vous pensiez avoir ? Vous avez participé à une course Spartiate ? Laissez un commentaire et dites-le-moi.

Pour lui parler cliquez ici

contactez la pour un plan cul