Le long chemin qui mène à Génial, partie 2

plan cul régulier angoulême charente

Avez-vous lu la première partie ? Si ce n’est pas le cas, arrêtez de lire. Arrête tout de suite. Allez ici, et revenez quand vous aurez fini.
 
Pour les autres, continuons. Où en étais-je maintenant ? Ah oui, décembre.
Nous sommes en décembre 2010. Après avoir approché tant de femmes en si peu de temps, je n’ai plus peur des interactions sociales.
Je fais une demande de stage parrainé par l’APMC, et
grâce à l’aide d’un ami, obtenir une interview. J’applique les principes d’attraction à mon entrevue. Je me présente habillé jusqu’au bout des ongles. Je me penche en arrière et je parle lentement et clairement. Je regarde mes interlocuteurs dans les yeux et je leur donne le langage corporel qu’ils méritent. Je suis confiant, calme et j’aime le processus.
J’obtiens le poste.
L’univers m’aide sur le chemin que j’ai choisi. Le blog d’une vieille amie surgit dans mon champ de vision, et je reprends contact avec elle. Elle déménage à Montréal en janvier et veut aussi devenir scénariste pour la télévision. Notre émission, Young Gods, est née grâce à un chat Skype.
C’est Noël, et je me détends à Bahreïn avec ma famille, profitant de mon nouveau succès. Je résume rapidement ce que j’ai accompli chaque mois et je découvre ce qui suit :
Hmmm, je suppose que je ne suis pas un tel raté après tout. En fait, je dirais que je m’en sors plutôt bien en ce moment. Je décide de me fixer des objectifs fous pour la nouvelle année et j’essaie de les atteindre tous.
Nous sommes en janvier 2010, et la vie est dure. Je travaille de 9h à 17h30 tous les jours, et c’est délicat. Je commence à changer les rythmes de mon corps et je m’adapte au nouvel horaire. Heureusement, l’un de mes engagements pour la nouvelle année est de mettre 15 lb de muscle, alors je planifie des séances de gym avec mon entraîneur Jon juste après le travail, 3 jours par semaine. Cela me stimule après une longue journée au bureau et me motive à travailler sur mes projets.
Emilie et moi écrivons tous les mardis soirs, sans faute. Elle est brillante et m’aide à structurer mes idées pour notre émission de télévision, tout en m’offrant ses propres idées. Nous nous lions, écrivons, rions et apprécions la compagnie de l’autre. Je l’emmène même un soir pour l’aider à rencontrer des filles. C’est une superstar, et elle n’a pas besoin de moi du tout.
Mon travail est intéressant et semi-satisfaisant. Le travail en lui-même est agréable, surtout le webdesign, et je finis par créer des projets plutôt sympas. C’est définitivement plus que la moyenne, et malgré moi, j’aime ça, en partie grâce à mes collègues groovy que j’ai. On parle tout le temps, on rit et le travail devient un endroit génial où je passe du temps avec mes amis.
Pour la première fois de ma vie, je suis ravie d’aller travailler le matin.
Qui aurait cru qu’un travail puisse être aussi satisfaisant ?
Nous sommes en mars 2011, et j’ai marqué mon premier but. Je pèse 160 livres, soit 16 livres de plus qu’en janvier. J’ai l’air putain de fan-tastique, et je suis si fier de mon corps ! Mon cœur explose de joie devant ce succès et je suis plus motivé que jamais. Je décide de prendre un peu plus de masse musculaire, ce à quoi ma mère rit, et dit : « Pour qui te prends-tu, Grendizer ? »
Nous sommes en avril 2011, et notre spectacle se déroule bien. Emilie et moi sommes encore en train d’écrire, et nous nous approchons si près de l’ébauche d’un épisode que nous pouvons le goûter. J’ai même de la chance, et l’APMC paie un cours d’écriture de scénario pour nous aider à écrire le pilote parfait.
Nous sommes toujours en avril 2011, et j’ai marqué mon deuxième but. Je lance enfin GutsyGeek.com ! Certains d’entre vous reconnaîtront peut-être ce site comme une brillante source d’inspiration pour les masses geek.
On est en mai 2011. La pression est à son comble. Mon contrat touche à sa fin, et j’ai des tonnes de perspectives de conception de sites Web qui se profilent à l’horizon. Je pense à les prendre et à me faire de l’argent, mais ce n’est pas ce que je suis.
Je demande conseil à un de mes patrons pour savoir comment devenir écrivain. Il me recommande quelques ressources et me donne une brève leçon sur qui appeler, qui devenir ami et comment les utiliser. Après tout, qui vous connaissez est le plus grand atout de l’industrie.
Je décide qu’il a raison, et je veux mettre ses conseils à profit, avant de m’essouffler et de me retrouver coincé à travailler dans un emploi technique pour de l’argent.
C’est maintenant ou jamais. C’est ma chance. Assez d’attendre que mes rêves passent ma porte, il est temps d’aller vers l’avant et de les attraper.
Un jour après le travail, j’entre dans le bureau de mon autre patron.
Je la regarde et je lui dis que je veux qu’elle me mette dans la chambre de l’auteur pour sa dernière production. Elle et moi réalisons que je n’ai aucune expérience, mais ça ne m’arrête pas. J’offre de travailler pour elle gratuitement, jusqu’à 4 mois, si elle me laisse entrer dans cette pièce. Elle est stupéfaite par l’offre, mais bénis son âme généreuse, elle me met en contact avec l’auteur en chef.
Il m’interroge sur Skype. Il m’écoute parler de mon rêve et est impressionné par mon dynamisme, ma détermination et mon attitude. En moins d’une semaine, il me donne quelques tâches liées à la production de l’émission.
Nous sommes le lundi 6 juin 2011. Je reçois un appel du rédacteur en chef, qui me dit d’acheter un billet pour Toronto. Je suis engagé. Je travaillerai dans la chambre de l’écrivain, comme quelque chose de bas niveau.
Je souris.
Il ne voit pas mon sourire dans le combiné, mais je suis sûr qu’il le sent.
Je veux vraiment l’embrasser, lui, l’univers, mon patron, moi-même, tout le monde. Je saute de haut en bas, je crie ma joie sur le monde.
Il n’y a pas de mots pour exprimer ma gratitude.
Mon rêve est dans mon cœur, tombe entre mes mains, atterrit à mes pieds.
Je vais devenir scénariste télé.
Ne vous méprenez pas, ce n’est pas la fin. Ce n’est certainement pas le cas. Mais je suis proche, je suis heureux, je travaille dur et je vois le but à l’horizon. Il ne s’agit plus de savoir « si », mais plutôt « quand ». S’il y a un conseil que je peux vous donner, c’est de suivre vos rêves. Je viens d’entrer par effraction dans l’une des industries les plus folles du monde, et je ne suis qu’un type moyen. Tu peux certainement le faire aussi.
L’un d’entre vous a-t-il défié toutes les probabilités pour en faire quelque chose que vous aimez ? Laissez un commentaire et racontez-moi, j’adorerais entendre votre histoire.

Pour lui parler cliquez ici

contactez la pour un plan cul