Dix philosophies à suivre dans l’excision

Il y a quelque temps, j’ai lu sur Facebook un article de Brett Navarro, alias Psychochronic, un joueur bien connu dans la communauté canadienne des jeux de combat. Il y exprime les 10 grandes philosophies qu’il suit dans le cadre de l’excision. Ils ont des opinions bien arrêtées, et c’est une lecture intéressante, alors il a accepté que je les mette ici. J’ai essayé d’éditer le moins possible, donc ne soyez pas surpris si ça se lit comme un message Facebook. Pour en savoir plus sur Brett, vous pouvez le trouver sur Facebook.
1) « Je veux que ma présence ressemble à une invasion. »
Vous devez faire quelque chose pour vous démarquer, que ce soit votre gameplay, votre apparence, vos manières, etc… Vous devez parfois être un personnage (dans le jeu et en dehors du jeu) et c’est ainsi que les gens se souviendront de vous. Il y a certaines choses que certaines personnes font qui les séparent des autres et c’est ce qui les rend uniques. Personne ne se soucie de la personne qui est timide, silencieuse, déprimée, exclusive, isolée et cliquable. Autant te traiter de princesse de l’affrontement.
2) « Avant de devenir un monstre de bus, tu dois d’abord devenir un monstre de trajet. »
Maintenant que certaines personnes n’ont pas accès à une voiture ou même à un permis, le transport en commun est votre seule option pour vous déplacer. Avec les trajets domicile-travail, vous pouvez comprendre les horaires, les itinéraires et les cartes plus facilement, vous analysez votre timing à l’intérieur des segments (tôt ou tard) et, par conséquent, votre mentalité de voyage s’améliore. Si vous pouvez aller du point A-B au point A-B, disons deux heures sur une base fréquente, ces mêmes deux heures auront l’air de 20 minutes. C’est pourquoi dans les longs trajets en bus vers les majors, je ne me plains jamais de ce trajet. Si vous pouvez passer x heures dans un avion, un bus (ou une voiture) ne devrait pas être un problème.
3) « Si tu réalises que chaque fois que tu demandes de l’aide à ta scène d’origine, tu es ignoré ou rejeté, tu te débrouilles tout seul. »
Avez-vous vraiment besoin de compter sur quelqu’un, ou sur votre précieuse clique, pour vous amener sur les lieux et vous tenir la main en tout temps ? Je dis le mot « clique » très durement parce qu’il y a des gens qui ne peuvent pas survivre dans la scène en tant qu’individu, d’où « anxiété de séparation ». Dites-moi, que se passera-t-il quand rien de tout cela ne sera là pour vous ? Allez-vous abandonner ou demander l’aide d’un autre groupe comme un charognard ? Pourquoi compter sur quelqu’un si vous savez au fond de votre cœur que vous pouvez accomplir tant de choses par vous-même. Si les lycéens peuvent trouver leur chemin vers les majeures sans demander de l’aide à leur domicile, personne d’autre ne devrait avoir d’excuse.
4) « Les majors, c’est la socialisation. »
En choisissant une matière principale, vous rencontrez des gens que vous voyez chaque semaine ou chaque mois sur les ruisseaux, vous avez la chance de combattre des styles de jeu que vous n’avez pas encore vus, et vous vous amusez comme à la maison, comme à la maison, avec votre scène. Ce sont des gens que vous ne voyez pas tous les jours, même le plus petit morceau de connaissance est suffisant pour augmenter votre métajeu. Je veux dire, nous partageons tous le même intérêt, nous jouons à un jeu à un niveau compétitif avec des joueurs qui viennent de x parties du monde. Vous avez Facebook ou Twitter pour une raison, autant l’utiliser pour faire du réseautage avec la scène.
Si vous allez dans une majeure dans le seul but de ne jouer que des matchs occasionnels ou des tournois, de ne pas parler aux autres, de ne pas demander de conseils et de ne traîner qu’avec les mêmes amis que vous voyez à la maison chaque semaine, vous faites deux choses mal : vous perdez votre temps et vous volez potentiellement l’opportunité d’un autre joueur de passer au niveau supérieur. Autant dire que tu es inaccessible.
5) « Appréciez et appréciez ce qui vous est présenté. »
Toutes les majeures ne sont pas les mêmes, chaque majeure a une atmosphère et une présentation différentes, et c’est ce qui la rend amusante.
Voici quelques exemples pour que vous compreniez :
-La finale est comme une autre EVO, avec Tekken plus important que d’habitude.
-Season’s Beatings met l’accent sur les expositions et les combats d’équipe, en remontant jusqu’à MvC2.
-Le PDG est un champ de bataille sur le thème de la lutte où les finalistes obtiennent leur propre musique d’entrée avant de jouer.
-Keits’ a des piscines parfaitement programmées et un jeu mystère dans un environnement de carnaval.
-Big-E’s est l’endroit où tous les jeux peuvent avoir lieu, des classiques (A2, A3, 3S) à la pauvreté (Eternal Champions, Golden Axe).
-Le tableau principal de la Coupe Canada est le prestigieux SSF4 5v5 avec des internationaux présents.
-Evolution est la mère de tous les événements avec plus de 40 pays dans plus de 6 jeux.
Et ces points ci-dessus sont des « mentionnables majeurs », mais en termes de « mentionnables communs », les majors n’ont pas tous des trophées, médailles, top 8/16/32 paiements, armoires d’arcade, stands de marchandises, tirages au sort, flux multiples, qualité 720p+, stations d’enregistrement hors flux, suites salées, etc…Je pense que vous avez compris le message.
6) « Si vous vivez dans une région où il y a de la concurrence et que vous n’en profitez pas, vous vous enfermez délibérément dans une bulle. »
Pendant des années sur une base occasionnelle/sélective, comme une tentative de développer la scène, j’ai essayé d’aider les guerriers en ligne, les rôdeurs de forum, les groupes clandestins et même les monstres de streaming à devenir actifs dans leur scène locale, mais il y a toujours une excuse qui les empêche de sortir. Cela montre clairement que vous êtes facilement intimidé. C’est une question qui s’applique à toutes les collectivités, et c’est comme ça depuis des années.
Tous ces gens qui font des heures de matchs ou de sessions en ligne avec leur groupe clandestin caché mais qui ne se présentent pas à un événement local (ou qui ne se rendent pas dans une ville voisine) avec une réelle compétition ? Non seulement cela peut retarder la croissance d’une scène, mais cela montre aussi de la paresse et de la démotivation pour vous ou votre groupe dans son ensemble… et vous dites que vous voulez aller mieux ?
7) « Ce n’est pas ce que vous faites avec le prix, c’est ce que vous faites avec votre victoire. »
J’ai trouvé ça dans le documentaire « King of Chinatown », et ce point a du mérite. Vous gagnez une épreuve (disons une épreuve locale), ou vous vous placez assez haut pour qu’on vous mentionne, que se passe-t-il par la suite ? Je me fiche de ce que vous faites de votre prix ou de ce que vous achetez avec vos gains, l’effet réel est le contrecoup, et j’ai vu les deux sens passer.
Vous pouvez « prouver votre légitimité et être un concurrent ». J’ai vu des gens gagner ou se classer assez haut pour s’assurer d’être motivés pour le prochain événement. Cela montre la faim et la passion que vous voulez vous-même constamment maintenir votre première place, sachant très bien que la concurrence vous pourchassera. Vous vous stabiliserez en raison de la quantité de pression qui vous suivra, puis vous continuerez à partir de là.
OU
Tu peux « disparaître et ta victoire ne veut rien dire. » J’ai vu des gens gagner et simplement disparaître sans laisser de trace, ne plus jamais être retrouvés, relégués en ligne ou dans leur groupe underground. Personne ne se soucie de la personne qu’il arrive heureusement de rouler à la vapeur la concurrence, puis part. Je me fiche de l’excuse que vous avez, cela montre que non seulement vous avez eu un coup de chance, mais que vous avez aussi fait perdre du temps à tout le monde. Tout le monde cherche clairement à voir comment vous allez performer lors de la prochaine épreuve et si vous ne faites pas vos preuves après votre supposée « victoire par hasard », vous êtes considéré comme un imposteur qui ne peut pas vous racheter. Une indication claire du « talent gaspillé, de l’émerveillement d’un seul coup, de 15 minutes de gloire, etc… ».
8) « Essayez d’avoir une liste de contrôle des objectifs et des réalisations. »
Quel est votre but dans cette scène ? Évidemment, pour aller mieux et apprendre de vos erreurs ainsi que de vaincre votre adversaire constamment, n’est-ce pas ? Avoir une liste de contrôle des objectifs et des réalisations à rayer donne une forme d’impulsion et de motivation, et aussi, vous voulez essayer d’avoir la meilleure expérience possible. Tout le monde a des raisons différentes de s’amuser et des listes de contrôle de ce qu’ils veulent accomplir et pourquoi ils sont dans la scène, mais nous avons tous un objectif commun : repousser nos limites et aller mieux. Essayez d’avoir cette motivation constante, qu’il s’agisse d’être meilleur que quelqu’un, de prouver à une clique qu’elle a tort, de connaître vos capacités, de voyager constamment, etc….de montrer la scène qui vous appartient ici.
Si votre seule intention est de vous rencontrer chaque semaine et de vous serrer la main (et de jouer amicalement) plutôt que de vous concentrer sur votre jeu, je ne sais pas quoi dire…. le niveau de compétition n’est peut-être pas votre tasse de thé.
9) « Internet est une ressource importante, utilisez-la. »
Si vous pensez pour une raison quelconque que jouer avec votre scène n’est pas suffisant pour vous aider à monter en niveau, l’Internet dispose d’une grande quantité de ressources pour vous aider. De nos jours, les gens devraient se sentir chanceux, car à l’époque, les tournois étaient sur DVD et nous devions attendre x mois plutôt que de regarder sur un flux. Vous êtes également allé à l’arcade pour vous entraîner car la console était inférieure (et il n’y avait pas de mode en ligne). Maintenant, vous avez Youtube pour le combo, les vidéos de matchs et de tutoriels, des forums pour l’analyse des matchs et des transcriptions de combo et le matchmaking hors ligne, en ligne pour la ressource de jouer 24/7, le mode entraînement et ses nombreuses options, Facebook pour la collecte et le réseautage, Twitter pour les mises à jour instantanées, etc….
Vous rencontrez des difficultés dans un certain jumelage ou vous êtes intrigué par une combinaison spécifique ? Cherchez-le !
10) « L’Amérique est le pays de l’exposition et vous voulez vous faire un nom, voyager aux Etats-Unis est la prochaine étape logique. Tu n’as pas le choix. »
N’oubliez pas que je dis cela (comme tous les autres points énumérés) d’un point de vue canadien. La communauté Capcom est énorme, mais nous n’avons pas le même nombre de joueurs que l’Amérique. La quantité constante d’activité qui se passe aux États-Unis, c’est comme s’il y avait presque une activité majeure chaque mois. Le niveau d’habileté qui se passe, c’est comme si les tournois hebdomadaires signifiaient quelque chose. Ici, tout le monde se fiche des victoires dans les tournois locaux. C’est pourquoi j’embête les gens à obtenir leurs passeports, l’Amérique est le pays de la concurrence et de l’exposition. Et je dis exposition non seulement en référence au nombre de téléspectateurs en streaming, mais aussi à toutes ces scènes de plus de 20 zones différentes, le tout en un seul endroit. Disons que vous êtes le meilleur joueur de votre région ou de votre ville, ça ne veut vraiment rien dire si vous ne sortez pas de votre scène locale, n’est-ce pas ?
Si vous pensez que vous pouvez vous faire un nom dans la scène et ne pas voyager à l’étranger, j’ai deux choses à dire :
Vous n’êtes jamais allé aux Etats-Unis pour un tournoi.
-vous manquez d’ouverture d’esprit car il y a bien plus que votre maison sur la scène.
Voilà donc dix philosophies que je suis dans l’excision et qui peuvent mener au « bonheur et à la satisfaction » !
J’espère juste que celui qui lira ces dix points aura les yeux ouverts.