Je n’ai pas une moyenne de jours

soumise beauvais

Aujourd’hui, c’est le dernier jour de septembre, et je dois dire que ça a été un mois fade. Pour être honnête, je n’ai pas fait grand-chose à part travailler et jouer un peu.
Aucun progrès majeur dans ma vie. Je n’ai pas rencontré beaucoup de femmes. Fait de l’exercice. J’ai fait du bon travail. J’en ai écrit quelques uns. Comme d’habitude.
J’ai travaillé dur et j’ai fait un peu la fête. C’est tout ce que j’ai fait ce mois-ci.
La semaine dernière, pour éviter la monotonie, j’ai attrapé un rhume. Hourra ! J’ai pris un jour de congé, j’ai travaillé à la maison pendant une journée, puis j’ai repris ma routine habituelle. Pendant ma phase malade, j’ai fait ce que je fais toujours quand je ne suis pas en forme : J’ai regardé des tonnes de télé.
Mes auditeurs se souviennent peut-être que j’ai regardé Xanadu encore et encore lorsque j’ai eu une pneumonie l’an dernier. C’était à cause de quelque chose que j’aime appeler « le mauvais goût de la maladie », c’est-à-dire quand vous tombez vraiment malade, et que vous regardez toutes sortes d’émissions de télévision terribles. J’aime regarder des comédies musicales, comme Grease, puis des comédies de plus en plus mauvaises, comme Grease 2, jusqu’à ce que j’atteigne le fond du rock avec des trucs comme Xanadu.
Quoi qu’il en soit.
Cette fois, j’ai fini par regarder des vidéos Youtube amusantes pour me remonter le moral, et qui de mieux que le meilleur ami de tout le monde, Russell Brand. Je suis tombé sur ce joyau :
À environ 1 minute, on dit ce qui suit :
Wow. Quel génie !
Tandis que j’étais assis là, négligé, fatigué, malade, déprimé, j’ai été frappé par la moyenne de mon mois de septembre. Je me suis un peu creusé la tête et j’ai réalisé que je n’avais eu qu’une seule journée intéressante.
C’était quand mon ami Tommy de Vancouver était en ville. Lui, un autre ami et moi sommes allés en boîte, et nous avons fini par aller dans tous les endroits habituels du Vieux-Port. Nous nous sommes bien amusés, mais il ne s’est rien passé de spécial. Vers 2 heures du matin, on allait s’arrêter là.
« Frère, on doit faire quelque chose d’imprévisible », a dit Tommy. Au fait, il adore le terme « frère ».
« Quoi ? » J’ai demandé.
« Mon frère, on est allés aux mêmes endroits, on a fait les mêmes choses. Nous obtenons les mêmes résultats : rien. Allons à la poubelle. Tu veux aller dans le quartier touristique de la ville ? »
J’ai ri et j’ai accepté. La nuit a été un fiasco de toute façon, alors pourquoi pas ?
Ce qui a suivi a été une aventure hilarante où un videur a voulu nous faire payer l’entrée dans un trou à rats. Quand nous avons refusé et décidé de partir, il nous a suppliés d’entrer. Nous avons ensuite vu deux très grosses femmes se broyer sur une table qui se débattait pour supporter leur poids, ingérer de l’essence à briquet et du punch aux fruits qui faisaient semblant d’être une boisson alcoolisée, et errer dans la rue pour aller chercher de la malbouffe dans un des quartiers les plus sales de la ville.
Tommy a dragué deux filles au hasard dans la rue, et j’ai été arrêté par une fille qui cherchait du feu. Ouais, tu m’as entendu. Elle est venue me chercher.
La nuit qui était auparavant un buste, s’est transformée en un moment de plaisir avait par tous, grâce à une décision impulsive.
Tout ce qu’il fallait, c’était faire quelque chose de différent.
J’ai une routine très stable. Je vais travailler tous les jours à 10 heures du matin. Je finis juste avant 18h. Je prépare mon déjeuner et celui de mes collègues deux fois par semaine. Je vais au gymnase du lundi au vendredi matin à 8h du matin pour une séance d’entraînement complète. Je vais mar-jeu pendant 20 minutes sur le vélo. Après le travail, je joue à Tekken, ou à Street Fighter, ou je regarde la télé. Ou j’ai un rencard. Vendredi et samedi soir, je sors. Samedi matin, c’est pour les courses. Dimanche j’écris pour le blog, et je ne fais rien.
C’est toujours pareil.
Et parfois, on se sent horriblement, horriblement, terriblement seul. C’est une ornière très typique. Tu tombes dedans, et tout craint. Tu es malheureux sans raison. Vous pouvez entendre le silence et la pièce vous crier dessus, vous dire que votre vie est de la merde. Ce qui explique pourquoi j’étais super grincheux il y a deux semaines.
Tu vois, c’est comme ça : tu prends une journée normale. Alors vous en avez deux. Tout d’un coup, un mois s’est écoulé. Si vous ne vous ressaisissez pas, un mois ou deux de plus, puis un an, puis cinq ans. Et un jour, la réalité s’installe. Vous êtes vieux. Et ta vie a été moyenne.
Je sais, je dramatise. La vie de personne ne craint à ce point. Mais le mien l’a fait, pendant un moment.
J’ai passé une si grande partie de ma vingtaine à jouer, à avoir peur du monde réel et à m’en tenir à une routine, que j’ai parfois l’impression d’avoir manqué beaucoup d’occasions. C’est en partie pour ça que j’ai appris le pick-up : J’ai dû passer d’un extrême à l’autre, avant de trouver un terrain d’entente.
Cette semaine, j’avais encore quelques jours en moyenne. J’étais malade. J’étais à la maison. J’ai manqué d’aller à Ottawa pour quelque chose d’excitant, parce que j’étais tout simplement trop malade pour quitter ma maison.
Samedi, j’ai eu la journée la plus moyenne de ma vie. J’ai fait quelques courses, déjeuné et traîné avec un ami qui jouait à GTA5. Pendant que lui et moi jouions, et que nous nous amusions bien, j’ai regardé dehors, et j’ai vu que c’était une journée magnifique. J’ai soupiré.
« Je devrais être dehors, à faire quelque chose », je me suis dit. Puis j’ai fait une pause. « Qu’est-ce qui m’en empêche ? »
Avec ces mots, j’ai posté sur Facebook que j’allais dans un pub près de chez moi. Si quelqu’un voulait se joindre à nous, il le pouvait. Je ne m’attendais à rien, je savais juste que je devais faire quelque chose, n’importe quoi, impulsif.
30 minutes plus tard, j’étais assis sur une terrasse au soleil, en train de lire Wool de Hugh Howey et de boire une délicieuse bière glacée. 40 minutes plus tard, une connaissance avec qui j’avais fait la fête une fois s’est jointe à moi.
Plus de gens ont envoyé des messages et appelé.
Une heure après avoir décidé de sortir, j’étais assise dans un pub, à passer du bon temps avec 4 personnes que je connaissais à peine. Et on s’éclatait. Bien que j’étais encore malade et que je pouvais à peine boire, je me sentais mieux que je ne l’avais fait depuis des semaines.
J’ai fini par rentrer chez moi à 20 h 30 pour me détendre et dormir, mais cet acte impulsif a fait ma journée.
Mon conseil, cher lecteur, est le suivant : arrêtez d’avoir des jours moyens. Ou, de façon plus réaliste, tous les quelques jours en moyenne, en avoir un extraordinaire.
Je ne dis pas qu’il faut monter à bord d’une baleine ou sauter à l’élastique tous les jours (à moins d’en faire partie). Je vous dis de faire quelque chose qui sort de l’ordinaire, aussi souvent que possible, pour que chaque jour soit mémorable. Même changer une petite chose dans votre routine suffit.
Vous me connaissez tous comme un homme qui met mon argent là où je le dis. C’est pourquoi je me mets personnellement au défi de relever les défis suivants :
Pour le mois d’octobre, j’afficherai sur cette page quelque chose d’intéressant que je fais, qui sort de l’ordinaire, tous les jours.
Certains jours seront faciles, comme Halloween ou l’anniversaire de mon pote. D’autres, comme ce jeudi prochain où j’ai du travail et des jeux prévus, pas tant que ça. Mais je m’engage à faire en sorte que chaque jour compte.
Parce que je ne sais pas combien il m’en reste.
Tu veux te joindre à moi ?

Pour lui parler cliquez ici

contactez la pour un plan cul