L’Archémèse du succès

pute beurette angers

Je travaille sur le succès depuis un certain temps déjà. Son goût, son goût, ses sensations, les raisons pour lesquelles les gens en ont si peur, et encore plus peur de ne pas l’avoir.
J’ai aussi beaucoup réfléchi à ce qui tue le succès. Et j’ai compris que ce n’est pas un échec.
Oh non, camarades geeks, le pire ennemi du succès, son archémèse si vous voulez, n’est pas le #fail.
C’est le #inaction.
J’ai eu affaire à beaucoup de clients et d’amis qui ont besoin d’aide ces derniers temps. La plupart du temps, il s’agit d’aider les femmes, mais certaines ont aussi de la difficulté à travailler, à rêver, à se remettre en forme et à d’autres maladies aléatoires.
Ce que j’ai remarqué chez tous ces gens, c’est le même problème, répété encore et encore.
Ils sont tous coupables d’inaction.
Le mois dernier, j’ai mentionné combien il était important de rester motivé et de réaliser ses rêves. J’ai oublié de mentionner une chose : comment puis-je atteindre la partie “rester motivé” si je ne peux même pas commencer ? Comment puis-je surmonter mon incapacité à démarrer ?
Eh bien les geeks, je ne vais pas vous dire la solution…encore. Pour l’instant, nous allons parler d’objectifs.
Le problème avec nos objectifs, c’est qu’ils ne sont pas toujours une nécessité pour les autres. Tout le monde s’en fout si tu n’as pas la fille, ou si tu ne te mets pas en forme, ou si tu n’as pas le job de tes rêves. Le reste du monde a ses propres problèmes à régler.
La seule personne qui compte pour toi, c’est toi. Et la seule chose qui se dresse sur votre chemin est l’inaction.
Qui, soit dit en passant, est causée par la peur.
Pendant les 24 premières années de ma vie, j’avais peur de tout : les femmes, le succès, l’échec, la douleur physique, l’exercice, les MST, la maladie, les blessures, les ampoules, le sexe, le travail, l’argent….
Tout changement m’a rendu horriblement anxieux et m’a fait me sentir comme de la merde. J’ai essayé sans succès de changer ma façon de penser sur la plupart des sujets, en répétant des choses comme “Je suis en bonne santé, je veux réussir, je n’échouerai pas…”.
Puis j’ai réalisé que je m’y prenais mal. Au lieu d’aller pour chaque élément individuel, je dois aller à la racine de la cause : la peur.
La peur était la seule chose qui m’empêchait d’inviter la fille à sortir, de pousser plus fort au gymnase, de gagner à un tournoi Tekken. Et cela m’a poussé à prendre la même décision en ce qui concerne toutes ces choses : ne rien faire.
C’est comme une boucle de rétroaction ratée.
La peur mène à l’inaction qui mène à la peur qui mène à l’inaction….
Pour ceux d’entre vous qui ne comprennent pas, j’ai créé une image explicative en utilisant, une fois de plus, l’art postmoderne du futur. BEHOLD !
Compris ?
Outre le fait que l’inaction ne mène nulle part, elle a aussi un effet secondaire, plus insidieux. Vous développez de fausses croyances.
Vous commencez à rationaliser la réalité en fonction de ce que vous pensez qu’il devrait arriver, ou pourrait arriver, sans jamais découvrir ce qui arriverait réellement.
C’est super dangereux.
Imagine la belle fille du club. Tu ne lui parles pas toute la nuit. Elle rentre chez elle avec quelqu’un d’autre. Beaucoup d’entre vous se diront alors “oh, elle n’était pas assez chaude”, ou “je n’arrive pas à croire qu’elle rentre chez elle avec ce genre de loser”, ou pire encore “c’est manifestement une nana de salope”.
Ce sont toutes des pensées horribles qui cachent un fait important : vous n’avez pas eu le courage d’aller là-haut et de faire un geste. Tu n’as rien fait. Vous aviez peur.
Cependant, si vous vous étiez approché d’elle et aviez fait un geste, vous auriez découvert quelle était la réalité de la situation. Peut-être qu’elle t’aurait parlé, qu’elle t’aurait donné son numéro, ou qu’elle t’aurait ramené chez elle. Peut-être qu’elle t’aurait giflé, ou qu’elle se serait moquée de toi, ou qu’elle t’aurait ignoré.
Quel que soit le résultat, vous auriez fait de votre mieux, et vous en seriez certain. Vous auriez fait face à la réalité.
Je vous garantis que vous vous sentirez mieux dans votre peau. Et c’est l’astuce pour vaincre le duo impie de l’inaction et de la peur.
J’utilise deux techniques faciles pour surmonter l’inaction.
La première est basée sur une vérité importante que j’ai découverte au fil des ans : Je ne regrette jamais d’avoir agi. Mon seul regret est de ne rien faire.
Bien sûr, parfois vous prenez la mauvaise décision, et vous payez pour ça. Ça arrive à tout le monde. Tu t’inscris à la gym, mais tu n’y vas jamais. Vous essayez un nettoyage, et vous tombez malade de survivre avec rien d’autre que du jus de pomme pendant quelques jours.
C’est la merde qui arrive. Mais ce n’est jamais aussi mauvais que de ne pas prendre de décision, ou de ne rien faire face à une situation, parce que vous aurez enfin une réponse.
De plus, vous tirez souvent autant d’avantages d’une situation que vous n’en tirez. Dans l’exemple ci-dessus avec la fille du club, vous n’avez fait aucun effort, et n’avez obtenu aucun résultat.
Après avoir appris à rencontrer des femmes, j’ai fait beaucoup d’efforts. J’allais dans les clubs, et j’approchais entre 20 et 40 femmes par soir. J’ai échoué, nuit après nuit, pendant 10 nuits réparties sur trois semaines, avant d’obtenir finalement mon premier numéro de téléphone. Et je n’ai regretté aucune de ces soirées. Je ne suis jamais rentré chez moi contrarié. Comment pourrais-je ?
J’avais enfin pris des mesures.
Je me dirigeais vers mon but.
La deuxième technique est basée sur le temps : chaque seconde que vous passez à ne rien faire est un moment de votre vie que vous ne récupérerez jamais.
J’aime penser en termes de Super Mario Brothers. Supposons que vous êtes Mario, au niveau 1-1 du jeu original de Super Mario Bros. Vous avez 400 secondes pour finir le niveau. Courir en avant, sauter sur les tortues, faire des erreurs. Tu pourrais y arriver jusqu’à la fin, ou tu pourrais mourir.
Mais vous attraperez aussi des pièces de monnaie, grandirez, attraperez une étoile, assommerez des tortues, ferez des sauts fous, tirerez peut-être des boules de feu, et peut-être attraperez un drapeau et gagnerez un 1up. Qui sait ce que l’avenir vous réserve ?
Le seul fait garanti que vous avez est ceci : si vous restez immobile, et attendez 400 secondes, vous allez mourir.
En d’autres termes, la seule façon garantie de se suicider est l’inaction. Tu vas vraiment rester planté là, à avoir peur de tomber dans un trou ou de te faire frapper par un Goomba ? Ou vas-tu vivre cette aventure géniale qui t’attend dehors ?
Êtes-vous en proie à l’inaction ? Avez-vous une technique que vous utilisez pour le faire fonctionner ? Commentez et dites-moi.
Oh, et s’il vous plaît partager cet article en cliquant sur l’icône Twitter ou FB si vous l’aimez !