Le Zen des jeux de combat

fille exhib courbevoie

Le week-end est passé. En ce lundi ennuyeux et incolore, je revis l’émerveillement constant qui s’est produit au cours des dernières 48 heures.
Les Etats-Unis ont EVO, l’un des plus grands tournois de jeux de combat au monde, attirant plus d’un millier de participants et 2 millions de téléspectateurs chaque année. Au Canada, nous avons le Championnat du jeu de combat de Toronto, connu sous le nom de Série T, avec le T12 comme itération cette année.
Il y avait plus de 300 personnes entassées dans une salle de banquet d’hôtel bondée ce week-end. Nous avons ri, nous avons pleuré, nous avons applaudi, nous avons crié, nous avons joué à des jeux et regardé les autres jouer, nous aurions aimé faire mieux, nous avons réussi et fait de notre mieux… nous avons eu du plaisir.
L’important, c’est de se rappeler que quoi que nous ayons fait, nous l’avons fait ensemble. Il n’y a pas de moment plus fier dans la vie d’un joueur que d’assister à un événement géant entouré de gens aux vues similaires. Il est difficile d’expliquer à unGeeks à quel point les joueurs se sentent vivants quand nous nous rassemblons tous dans un même espace en même temps.
Tu as regardé des matchs toute la journée. Vous avez vu la chute des grands et la montée de nouveaux champions. Vous avez vérifié les crochets pour voir qui vous combattez, et vous avez essayé de rester calme et de ne pas vous inquiéter.
Tout d’un coup, c’est ton tour. Vous avez la manette dans la main. Vous choisissez votre personnage, votre adversaire choisit le sien. Le niveau est choisi au hasard. Vous vous serrez la main, échangez un regard nerveux et vous vous souhaitez bonne chance. Vous essuyez vos paumes moites sur votre pantalon et vous vous préparez mentalement pour le match.
Le jeu commence. Vous vous sentez l’un l’autre. Il manœuvre, vous contre manœuvre. Il fait quelques déménagements, vous aussi. Bam ! Vous le lancez, et vous combotez une grande partie de sa barre de vie. Il ressent la pression, et vous êtes confiant, excité d’être à l’offensive. Le combo se termine, et vous le pressez un peu plus. Il bloque, il essaie de trouver un moyen de sortir. Vous anticipez sa stratégie, et vous l’arrêtez. KO !
Vous venez de gagner.
C’était un round de 15 secondes, mais c’était comme l’infini. Chaque moment s’est prolongé alors que vous le viviez sur le fil du rasoir, entre panique, tension, peur, euphorie, excitation et plaisir.
Vous viviez chaque moment comme il s’est passé, sans égard pour le passé ou l’avenir.
Tu vivais dans le présent.
Les gens disent souvent que les geeks utilisent les jeux pour échapper à la réalité. Nous sommes des perdants dans la vraie vie, alors nous jouons à des jeux pour nous sentir mieux dans notre peau.
Rien n’est plus faux.
Les joueurs, surtout lorsqu’ils jouent à des jeux de combat, vivent complètement dans le présent. Comme les athlètes professionnels, nous nous concentrons et entrons dans une zone où rien d’autre n’existe ou n’a d’importance. La seule différence est que nos champs de bataille sont virtuels.
Lorsque vous jouez contre un autre joueur, vous n’avez pas le temps de penser à l’avenir. Un moment d’hésitation pourrait vous coûter la partie.
Vous n’avez pas le temps de vous attarder sur le passé. Les manches que vous avez perdues sont terminées, alors apprenez-en plus et utilisez ces connaissances pour gagner dès maintenant. Les rounds que tu as gagnés sont aussi terminés, ne les laisse pas te rendre arrogant.
Tout ce qui compte, c’est le tour en cours, les mouvements actuels de votre adversaire, votre stratégie actuelle. Tout ce qui compte, c’est le présent.
C’est presque comme un état méditatif. Un état de zen.
Bien sûr, le zen peut rapidement s’estomper lorsque la foule rugit et chante pour une victoire. Parce que comme tout événement sportif, les jeux de combat compétitifs attirent un public nombreux.
Les joueurs célèbres ont des fans sur Twitter et Facebook, et leurs matchs sont souvent regardés des milliers de fois sur Youtube et JustinTV.
On dit souvent que la lutte est le feuilleton du jeune homme. De même, les Tournois des Jeux de Combat sont le feuilleton des jeunes geeks. Il n’est pas étonnant que l’un des plus grands tournois annuels du Japon s’appelle en fait Super Battle Opera.
Pensez-y : votre joueur préféré est Peter Rosas, alias Combofiend. Il joue Marvel contre Capcom 3, et utilise l’équipe de She-Hulk/Taskmaster/Spencer. Il est incroyable, se classant régulièrement dans le top 8 des plus de 100 tournois masculins. C’est aussi un favori de la foule, nous impressionnant par sa technique, son style et son attitude souriante.
Quand Combofiend se présente à un tournoi, les gens s’attendent à ce qu’il fasse le bien. Et quand il ne le fait pas, surtout s’il se fait battre par un inconnu, c’est un énorme bouleversement. Lorsqu’il a été battu dans le tournoi par équipe MVC3 par RDK, un joueur local de Toronto, la foule s’est déchaînée.
De même, MarlinPie est un joueur MvC3 et Street Fighter. Il est également très bien placé dans les tournois, et est extrêmement bien connu dans les cercles de jeu. Pourtant, samedi, au milieu du rugissement de la foule, il s’est fait tabasser à Street Fighter par mon meilleur ami Renato, alias Howling, d’une manière incroyablement dramatique.
Renato est ainsi passé d’un inconnu relatif à une pseudo-célébrité pour le reste de l’événement. Dans les annales de l’histoire du jeu vidéo, il sera toujours connu comme le gars qui a éliminé MarlinPie à T12.
Du zéro au héros, de l’outsider au chien de tête. C’est pas cool, ça ?
(NOTE : MarlinPie et Combofiend ont quand même pris respectivement la 1ère et la 2ème place au MVC3, ce qui nous montre encore une fois pourquoi ils sont connus comme les meilleurs joueurs).
Mais le destin est capricieux, et les dieux du jeu peuvent faire disparaître la gloire aussi vite qu’ils l’accordent. J’ai été classé numéro 1 au Canada à Tekken l’an dernier. Pourtant, je me suis étouffé à T12, et dimanche, en l’espace de 20 minutes, j’ai perdu contre NYCFab et mon ami Trevor dos à dos, me plaçant en 3e position.
Plutôt que d’être amer, je suis fier de mon ami pour avoir joué à un jeu d’enfer et m’avoir battu avec ses grandes compétences. Je suis aussi ravi que Fab ait fait tout ce chemin depuis New York pour jouer contre nous (et prendre notre argent), et qu’il soit un gars très cool en plus.
Les tournois sont éprouvants pour les nerfs, les mains moites, les événements incroyablement stressants et de véritables montagnes russes d’émotions. Alors pourquoi on continue à jouer ? Pourquoi subissons-nous tout le stress, les heures d’entraînement, les temps d’attente insensés et le chagrin d’amour possible associé à la perte ?
C’est très simple.
Pendant ce bref moment, lorsque nous sommes sous les feux de la rampe, en compétition avec quelqu’un pour le droit de continuer à participer au tournoi, nous sommes des dieux.
Et personne ne pourra jamais nous l’enlever.
Un grand merci à mes amis NeoRussell, AzureFighting, Dafleks, DarkDeath, RXS, TorontoTopTiers, et à tous ceux que j’ai manqué, pour avoir organisé un événement fantastique et fait du T12 le tournoi canadien le plus mémorable à ce jour.

Pour lui parler cliquez ici

contactez la pour un plan cul