Pourquoi j’aime les jeux de combat Partie 2

plan anal bordeaux

Hé les gars ! Il s’agit d’une série en plusieurs parties sur mon amour des jeux de combat. Il traite de mes humbles débuts d’enfant, de mon obsession d’adolescent et de la façon dont je suis devenu champion canadien à l’âge adulte. Allez ici pour lire la partie 1, et revenez quand vous aurez terminé pour la partie 2. Il se termine à nouveau sur un cliffhanger, alors abonnez-vous à mon flux RSS ou à ma page Twitter pour être mis à jour lorsque je publierai la Partie 3 dans quelques jours.
Je me souviendrai toujours de la première fois où j’ai joué à Virtua Fighter.
C’était au Taco Maker, notre escroquerie locale du Taco Bell arabe à Bahreïn. J’avais 11 ans.
Quand Virtua Fighter est apparu pour la première fois, tout ce que j’ai fait, c’est supplier d’aller à l’arcade et d’y jouer. Après tout, c’était un jeu en 3D, et super avancé par rapport à tout le reste (*cough* Street Fighter II *cough*). Je veux dire, regardez les personnages : ils étaient tellement réels et réalistes !
J’avais l’habitude de supplier mes parents de m’y emmener, et une fois par semaine, mon père et ma sœur et moi y allions pour aller chercher de la malbouffe. Je dépenserais une petite fortune, entre 3 et 4 dollars, pour ce jeu, et je jetterais mon argent par la fenêtre pour savoir à quel point c’était génial.
J’étais fasciné. Quand il est finalement sorti en console, pour le mythique Sega Saturne, je bavardais d’excitation. Et quand mon frère aîné est parti en voyage d’affaires au Royaume-Uni, me promettant une Sega Saturne à son retour, j’ai prié le dieu barbu et bébé Jésus qu’il tiendrait sa promesse.
Tard la nuit, je restais debout et je mendiais. “Mon Dieu, je te jure que je serai sage, que je ferai mes devoirs, que je rendrai ma mère fière, s’il te plaît… juste s’il te plaît… que mon grand frère se souvienne d’acheter une Sega Saturn pour moi quand il reviendra.” Ensuite, je me sentirais coupable, et je m’arrêterais une seconde, avant d’ajouter : “Aussi, la paix dans le monde. Et une barbie pour ma petite sœur.”
Satisfait, et sûr que le dieu barbu du ciel ne me laisserait pas tomber, je dormirais.
C’était donc assez sinistre quand mon frère est arrivé une semaine plus tard. Je pouvais à peine contenir mon excitation, et je lui ai couru après alors qu’il entrait dans la cuisine.
“Est-ce que j’ai eu un Sega Saturne ? Vous l’avez fait ? Tu ne l’as pas fait ! Ou l’avez-vous fait ? DITES-MOI !”
Il s’est alors arrêté, et je me souviendrai toujours de ce qui s’est passé ensuite.
“Non, je n’ai pas eu de Saturne. J’ai quelque chose de mieux, dit-il en souriant malicieusement d’une oreille à l’autre.
J’étais en état de choc. Je crois que j’ai aussi eu des vertiges, et peut-être à bout de souffle. Quel genre de drogue mon frère prenait-il ? Il n’y avait évidemment rien de mieux qu’un Sega Saturne. Il n’a pas dû avoir assez d’argent pour en avoir un. Mon cœur s’est enfoncé. J’ai pris une grande respiration et je me suis préparé à l’inévitable malédiction qui s’approchait.
“Quoi de mieux qu’un Sega Saturne ?” J’ai demandé.
“Une Playstation Sony !” répondit-il, et avec un peu de fioriture, il en sortit un du sac qu’il portait.
Huh.
D’accord, j’ai la console contrefaite. Mais au moins, j’ai une console. Ma NES devenait un peu vieille à ce moment-là. Puis une soudaine pensée m’a frappé : Virtua Fighter n’était que pour Sega Saturne ! Qu’est-ce que j’allais jouer maintenant ? Il n’y avait pas de réaliste, réaliste, réaliste, impressionnant jeu de combat en trois dimensions sur Playstation. Ou y en avait-il ?
“Et Virtua Fighter ?” Je lui ai demandé, en serrant la console contre mon corps.
“Sony en a un aussi ! Ça s’appelle Tekken.”
Tekken ?! C’est quoi ce nom de merde ?
Soupir.
“Je suppose que c’est mieux que rien”, me suis-je dit.
Ainsi commença la plus grande histoire d’amour de ma vie.
Nous avons déjà expliqué comment les jeux vidéo m’ont sauvé la vie. Je vais approfondir un peu plus le comment et le pourquoi d’un jeu en particulier : TEKKKEN !
En 1996, mon frère a tout changé en se présentant chez nous avec une Playstation et Tekken 2, qui est devenu mon nouveau passe-temps préféré. Je m’asseyais là et je m’entraînais à faire des mouvements et des combos pendant des heures. Chaque personnage avait une chaîne de dix coups que j’ai mémorisée, parce que je l’ai trouvée géniale. King, le personnage de lutte, avait un lancer de chaîne fou où si vous attrapez l’adversaire une fois et que vous faites les bons coups, le match était terminé. J’ai passé des heures, des jours, à apprendre à les faire.
J’ai rapidement surpassé mes frères ainés (putain de blouse), et je leur ai donné envie de ne pas jouer contre moi. J’ai ensuite battu tous mes amis, et eux aussi ont démissionné. Bientôt, il n’y eut plus que moi et Tekken 3, on s’est amusés. J’étais le roi de tout ce qui était génial. Puis j’ai déménagé en France.
C’était une période difficile. J’avais 15 ans et je n’avais pas d’amis. Je détestais les longues heures d’école, le temps pourri et les gens bizarres qui ne m’acceptaient pas. Je n’arrivais pas à gérer ma situation à la maison, vivant dans des quartiers étroits avec ma mère, ma sœur et mes cousines. Alors j’ai fait la seule chose que je savais faire, quand j’étais adolescent : Je me suis échappé, dès que j’en ai eu l’occasion.
J’habitais juste à la frontière genevoise, et tous les samedis, je prenais mon argent de poche et le tramway pour me rendre au centre-ville. J’irais rue du Marché, le quartier commerçant et touristique le plus prestigieux de Genève, et je descendrai une petite rue latérale pour traîner à l’arcade.
Tout ce temps de voyage, juste pour jouer au Tekken Tag Tournament. Après tout, Tekken ne m’avait pas encore laissé tomber.
Chaque semaine, j’y jouais et j’apprenais à connaître les autres joueurs. Chaque semaine, on se battait, on riait et on parlait de Tekken. Et chaque semaine, j’avais l’impression d’appartenir à quelque chose. Aujourd’hui encore, je me souviens de beaucoup de leurs visages, mais pas de leurs noms. Il y avait le joueur joufflu de King/Devil, le joueur de Mishima maigre et bizarre aux dents de travers, et le gars de Lei/Bruce avec les dreads et la manière calme et lente d’énoncer ses mots.
Ils étaient tous incroyables, et je les admirais. Après tout, ils étaient meilleurs que moi, et la seule façon de m’améliorer était de défier les meilleurs. Ils m’ont enseigné les bases des combos, des diapositives, des plongées et de la gestion des barres de vie de deux personnages. Il y avait plus que des mouvements aléatoires dans ce jeu, et j’ai lentement réalisé quelque chose d’important : Tekken était plein de stratégie.
J’ai régulièrement visité TekkenZaibatsu, le site Web mondial de Tekken, pour regarder des vidéos et apprendre des stratégies pour les personnages. Gardez à l’esprit que c’était en 1999-2000, qu’il n’y avait rien de comparable à Youtube, et que la bande passante était incroyablement chère. Ainsi, les abonnés avaient accès à toutes les vidéos, mais les adolescents pauvres comme moi n’ont pu voir que le match de la semaine. Je regardais ces matchs, je disséquais et j’analysais chaque mouvement encore et encore, comme un petit savant fou bizarre, dans l’espoir de retourner à l’arcade et de montrer à ces gars que j’étais bon.
Si seulement j’avais fait le même effort dans ma vie scolaire, je n’aurais peut-être pas failli échouer mes études secondaires.
Finalement, j’ai fini par devenir bon à ce jeu, en partie grâce à mon ami Olivier. Il était, comme moi, une sorte de paria à l’école pendant notre première année. Nous nous sommes liés d’amitié pour notre amour des jeux de combat, et nous avons commencé à jouer beaucoup de Tekken ensemble. Si on avait une chance, on sécherait les cours et on irait chez sa sœur. Nous prenions une collation rapide, puis nous jouions autant que nous pouvions, parfois aussi peu qu’une demi-heure d’allumettes. Puis on retournait en cours, et on nous réprimandait pour être en retard.
Il m’a montré mon premier piège à cadres avec les Mishimas. La plupart des joueurs de Tekken modernes en riraient maintenant, mais à l’époque, il était incroyablement avancé. C’était simple : 1,1 en bloc, puis 1, 1 à nouveau. S’il a été touché, appuyez sur 2. Si ce n’est pas le cas, mélangez un autre 1, 1 avec une prise.
J’étais émerveillé. J’ai lentement commencé à comprendre comment créer mes propres pièges à cadres. Faire un mouvement qui me donne un certain avantage et fait réagir mon adversaire, puis faire un autre mouvement pour contrer ce qu’il me lance. Incroyable, et tant de créativité s’ensuivit. J’ai construit toutes sortes de pièges à cadres, de configurations et de combos pour mes personnages. J’ai aussi construit 5 équipes différentes, à cause de toutes les options que le système Tag m’a donné.
Armé de mes nouvelles connaissances, j’ai commencé à gagner à l’arcade. Je suis devenu connu comme le joueur de Baek/Hwoarang, le seul qui pouvait s’en prendre à n’importe qui avec l’équipe de Taekwondo. Les gens étaient impressionnés par mon exécution, parce que je n’ai jamais manqué une annulation avec Baek, ou un combo avec Hwoarang. J’étais respecté dans la scène.
Enfin, dans un pays étranger, dans un nouveau lycée, dans un monde où je ne me sentais pas chez moi, j’ai trouvé l’acceptation dans un lieu où les gens me jugeaient pour autre chose que mon apparence, ma personnalité et mon intelligence : l’arcade.
Il n’y avait qu’une seule chose qui comptait : mon talent chez Tekken.
Ainsi, trois années glorieuses s’écoulèrent. J’ai fini par me faire de grands amis au lycée, des gens que je vois encore aujourd’hui chaque fois que je rends visite à ma famille en France. J’avais aussi une petite amie, je suis tombée amoureuse, j’ai rompu, j’étais triste, j’ai beaucoup fait la fête, j’ai fumé, j’ai bu et j’ai fait tout ce que font les élèves du secondaire, tout en sachant que Tekken me couvrait.
Puis j’ai obtenu mon diplôme et je suis déménagé au Canada.
Passez à la partie 3