Pourquoi j’aime les jeux de combat Partie 3

corse-sexy-plan-cul-bastia

Hé les gars ! Il s’agit d’une série en plusieurs parties sur mon amour des jeux de combat. Il traite de mes humbles débuts d’enfant, de mon obsession d’adolescent et de la façon dont je suis devenu champion canadien à l’âge adulte. Allez ici pour lire la partie 1, puis ici pour la partie 2, et revenez quand vous aurez terminé pour la partie 3. Il se termine à nouveau sur un cliffhanger, alors abonnez-vous à mon flux RSS ou à mon compte Twitter pour être mis à jour quand je publierai la Partie 4 (un jour).
C’est l’été 2002, et je viens d’arriver de France à Montréal, au Canada. J’ai laissé ma vie derrière moi pour la deuxième fois et, à ce stade, j’en ai assez de reconstruire. Pensez-y bien : J’ai déménagé en France à l’âge de 15 ans et il m’a fallu quelques années pour me faire des amis proches qui m’aimaient et qui m’acceptaient. Puis, à mi-chemin de ma 18e année, j’ai tout laissé derrière moi pour recommencer.
Le problème, c’est que cette fois, je n’avais pas de lycée pour me faire des amis. Je n’étais pas dans la même classe, avec les mêmes personnes, tous les jours de la semaine. Au lieu de cela, j’étais à l’université, et comme nous le savons tous, les universités nord-américaines ont des classes différentes avec des gens différents chaque jour.
C’était vraiment difficile de créer un lien avec les gens que je voyais une heure à la fois, deux fois par semaine. Plus important encore, j’en avais marre de devoir me faire de nouveaux amis tout le temps. J’ai donc fait la seule chose que je savais : je suis allé à mon arcade locale.
Il s’appelait Pinnochio’s, et il n’avait qu’une seule machine Tekken : la redoutée et diabolique Tekken 4. Prenons un moment pour parler de ce jeu.
Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, Tekken 4 est en quelque sorte le mouton noir de la famille Tekken. Il était innovant en ce sens qu’il introduisait quelques nouveaux éléments dans la série Tekken. Pour la première fois, les scènes avaient des murs qui limitaient l’espace disponible et permettaient également des combinaisons de murs. Certaines étapes comportaient également un terrain autour duquel les joueurs pouvaient manœuvrer, comme des piliers et des pentes. Du point de vue du jeu, la main gauche a été remplacée par une poussée, que vous pouvez utiliser pour pousser/tirer votre adversaire là où vous le voulez. Les cadres justes ont également été introduits, nécessitant un timing très précis pour obtenir les mouvements que vous vouliez réaliser.
Malheureusement, le jeu a été construit avec quelques gros défauts, qui n’étaient pas si évidents à première vue. Les murs et les niveaux étranges rendaient possibles des combos infinis pour certains personnages, une abréviation grossière de la série Tekken. L’équilibre des personnages était également rompu. Certains membres de la distribution, comme Jin et Steve, étaient incroyablement dominés, rendant de nombreux matchs complètement inutiles et sans aucun plaisir.
Pire encore, le mouvement du personnage, c’est-à-dire le pas de côté et le contrecoup, était grossièrement nerfed. Pour une série devenue célèbre grâce à son mouvement révolutionnaire, lancé 5 ans plus tôt par Tekken 3, tuer la capacité de manœuvre des personnages était une grosse erreur. Et pour couronner le tout, les membres les plus forts de la distribution ont reçu des coups de poing qui les ont fait avancer, ce qui signifie que vous pouviez 1,2 votre chemin vers la victoire, et votre adversaire ne pouvait pas s’en sortir.
Finalement, le jeu a été un vrai pépin. Regardez la vidéo ci-dessous pour un peu d’hilarité.
Revenez à moi. Je suis allé chez Pino, et j’ai commencé à jouer à Tekken 4, où j’étais nul. Heureusement, comme pour ma situation à Genève, j’y suis allé assez souvent pour m’améliorer à ce jeu. J’ai commencé à voir des joueurs réguliers se présenter aux arcades, et bien qu’ils n’aient pas été aussi bavards avec moi qu’ils l’étaient entre eux, j’ai quand même eu beaucoup de plaisir à jouer avec eux.
Ils avaient une sorte d’étiquette d’arcade, ce que j’ai vite appris. Si quelqu’un met une pièce sur la machine, il a le jeu suivant. Quand vous battez quelqu’un qui n’a pas encore gagné un round, donnez-lui un round de miséricorde, parce qu’il paie, et ça craint de perdre trois rounds d’affilée très vite. Enfin, si votre adversaire ne sait pas comment battre ce que vous faites, dites-le-lui. C’est la seule façon de les faire s’améliorer, et cela vous aidera aussi à aller mieux, parce que vous apprendrez à contrer leur compteur.
Je me suis habitué à jouer avec eux et à m’amuser à la salle de jeux, mais il me manquait encore quelques vrais amis. Je suis allé sur Tekkenzaibatsu et j’ai cherché des joueurs dans la région de Montréal. Bien sûr, des gens m’ont répondu et je les ai rencontrés à la salle d’arcade.
Après quelques parties, ils se sont rendu compte que j’étais plutôt bon, et l’un d’eux, Shyft alias Adam, m’a invité chez lui. Nous avons tous pris le bus pour aller chez lui, et nous avons commencé à jouer sur sa PS2. Je les ai tous choqués en parlant comme un psychopathe.
« Oh oui, mes petites salopes, pouvez-vous supporter tous mes coups de pied bas, regardez comme je vous fais du mal. Tu aimes ça, tu l’aimes bien ! Je suis si incroyable que je vais tous vous descendre et vous faire pleurer. Ça t’a plu, salope ? »
Après m’avoir toléré pendant un petit moment, Adam m’a dit : « Mec, arrête de dire toutes ces conneries. On ne fait pas ça ici. » J’étais terriblement gêné, et j’ai fermé ma gueule. Heureusement, ils ne l’ont pas pris personnellement (et au fil des ans, ils ont aussi appris à chier en parlant. Mais j’en parlerai dans la quatrième partie). On s’est tous bien amusés, et Adam et moi sommes devenus de bons amis. Je traînais chez lui tous les week-ends après ça. Je me présentais le vendredi soir, et nous jouions à des jeux, mangeions de la malbouffe, fumions et buvions jusqu’au dimanche après-midi.
C’était magique. Grâce à Adam, j’ai été présenté aux autres membres de la communauté. Al_X, QCPrince, SmokingDevil, Trevor, Jim, Joey, Biggs et bien d’autres sont tous devenus mes amis. Nous nous réunissions tous ensemble, chez quelqu’un ou à la salle de jeux, pour jouer à des jeux et nous amuser.
Cela m’a pris un certain temps, mais une fois de plus, grâce aux jeux de combat, en particulier Tekken, je me suis fait de vrais amis. Je vois encore la plupart d’entre eux aujourd’hui, même si certains sont passés des jeux à d’autres activités.
Et Adam ? Dire que c’est mon ami serait une erreur. Aujourd’hui, 9 ans plus tard, nous sommes frères. Il m’a emmené à ma première rave, m’a enseigné la vie au Canada et m’a aidé à devenir plus social. Nous sommes allés à des tournois ensemble, nous avons fait la fête ensemble, nous avons vécu ensemble et nous sommes allés à Tokyo ensemble. C’est le premier ami que je me suis fait à Montréal et il ne m’a jamais laissé tomber jusqu’à ce jour.
Qui aurait cru que les jeux de combat pouvaient réunir les gens de cette façon ? Mais encore une fois, les choses au Canada ne faisaient que commencer.
Passez à la partie 4

Pour lui parler cliquez ici

contactez la pour un plan cul