Travailler avec amour

suceuse-de-bite-angouleme

J’ai eu quelques expériences plutôt humiliantes ces derniers mois.
J’ai tendance à croire que mon travail est une belle chose. Des gens magiques, de grands amis, des moments amusants. D’habitude, il n’y a aucune raison de s’inquiéter ou d’être contrarié par le travail qu’on me demande de faire.
Cependant, il y a eu deux fois au cours des six derniers mois où je me suis dit : « Vous savez quoi ? C’est un putain d’attardé. Je mérite mieux que ça. »
La première a eu lieu en janvier, lorsqu’on m’a demandé de graver des DVD et de les étiqueter pendant environ deux jours d’affilée.
J’ai accepté bien sûr, mais je n’ai pas vraiment aimé l’idée. Je veux dire, allez, je suis allé à l’université pendant six ans, j’ai une maîtrise, et ils allaient me payer pour graver des DVD ? Est-ce que tout le monde prenait une pilule de folie quand je ne faisais pas attention ?
Mais je suis allé travailler, et j’ai gravé des DVD. Pendant que je les copiais et que je les étiquetais, quelque chose d’intéressant s’est produit. C’est à mettre sur le compte de mon bouddhisme, de ma méditation ou de mon tempérament doux habituel, mais j’ai en fait commencé à en profiter.
J’ai développé un certain rythme de travail. J’ai mis mon casque d’écoute avec de belles mélodies, et je me suis lentement déplacée dans cette zone où j’étais complètement sereine. C’était un bonheur étrange, calme et relaxant, où j’appréciais le fait d’avoir eu quelques temps d’arrêt et de pouvoir me détendre et graver des DVD pendant un certain temps. D’une manière étrange, j’ai commencé à aimer graver des DVD, même s’il s’agit d’une tâche subalterne.
Bien sûr, plus je travaillais chez Muse, plus je réalisais qu’on demandait à tout le monde de graver des DVD, donc je ne me sentais plus isolé. En fait, j’avais un peu honte de mon accès de colère. Si le directeur de la post-production venait régulièrement à notre bureau et gravait des DVD, comment pourrais-je faire moins ?
Tsk tsk tsk tsk tsk. L’ego qui parle.
La deuxième fois que mon ego m’a mis mal à l’aise, c’était dans la chambre de l’écrivain. Je travaillais avec les scénaristes de notre nouvelle émission depuis environ trois semaines. Mon travail consistait à faire des recherches, à écouter beaucoup, à trouver l’emplacement de la salle et à aller chercher le déjeuner et le café des auteurs. Alors quand j’ai rencontré un vieil ami dans la rue, et qu’il m’a dit qu’il travaillait comme directeur marketing pour une grande entreprise, j’ai commencé à avoir honte de moi.
Le voilà, ce gros bonnet, qui gagne 80 000 $ par année, et moi, j’étais un peu au-dessus du travail de spermophile, qui ne gagne rien. Comment pourrais-je rivaliser avec ça ? C’était un sentiment totalement merdique de réaliser que mes pairs avaient beaucoup plus de succès que moi.
J’en ai donc parlé à ma mère et j’ai un peu aéré. Tu sais ce qu’elle a dit ?
« Tu n’es pas encore écrivain professionnel, mon amour. Considérez cela comme un apprentissage, avec votre café qui coule et votre déjeuner qui est le prix que vous devez payer. Pensez-vous que les scénaristes pour qui vous travaillez peuvent fonctionner sans vous ? Bien sûr que non ! Ils ont besoin que tu t’occupes de toutes les choses externes, afin qu’ils puissent se concentrer sur l’écriture. Et un jour, quand vous deviendrez le scénariste en chef d’une émission de télévision, vous apprécierez l’assistant et le traiterez comme les scénaristes vous traitent en ce moment : avec respect, car vous savez combien il est important. Vous le ferez aussi parce qu’il fut un temps où vous étiez aussi l’assistant, tout comme il fut un temps où les écrivains pour qui vous travaillez étaient également assistants. »
J’ai pris un moment pour digérer ça, et je l’ai vraiment bien compris. Mon ego s’est lentement effondré sur lui-même au fur et à mesure que mon estime de moi se redressait.
« Et n’oubliez pas, ajouta ma mère, de toujours faire le travail avec amour et reconnaissance. De cette façon, vous réussirez. »
Mec, ma mère est bonne. Elle arrive toujours à me dire exactement ce que j’ai besoin d’entendre.
J’ai raccroché et j’ai décidé de faire désormais mon travail avec amour.
C’est ainsi qu’hier, lorsqu’on m’a demandé de prendre une boîte de clés et de les passer à travers chaque porte de notre bureau de production, je l’ai fait. J’ai tweeté sur le fait que c’était du travail de débile, mais tu sais quoi ? C’était satisfaisant.
Chaque fois que j’ai trouvé la bonne clé pour une porte, j’ai souri d’un sourire secret de satisfaction personnelle, et j’ai pensé « avec amour ».

Pour lui parler cliquez ici

contactez la pour un plan cul