Le long chemin qui mène à Génial, 1ère partie

beurette salles sur verdon

(Partie 1 d’une série en deux parties. Je vous préviens, la fin est un cliffhanger !)
Dans Rêve grand ou Rentre chez toi, je parle de réaliser mes rêves et de ne jamais perdre de vue ce que j’aime faire.
Eh bien, j’ai l’impression de vous avoir tous laissés dans le suspense assez longtemps, alors je vais vous donner le scoop sur ce qui se passe.
Tout a commencé par un rêve. Pas un de ces rêves que vous faites la nuit, ou un rêve flou pour échapper à la réalité. Plutôt une projection future de ce que je veux être, une ambition, une aspiration. Tu sais, un rêve. Mais je vais trop vite.
On est en mai 2010, et je suis bouleversée. Je reviens tout juste de mon travail de marketing, où le patron m’a reproché d’avoir fait du travail qui était, dans son esprit,
insatisfaisant. Malheureusement, il n’a pas tout à fait expliqué ce qu’il voulait, ni comment régler le problème, ni dans quelle direction il voulait que je m’installe. Il m’a juste fait savoir qu’il était mécontent, et d’une manière très condescendante, m’a dit que j’étais incompétent. Donc, je suis chez moi, je fais du mauvais travail, et je ne sais pas comment le réparer. FUCK !
Heureusement pour moi, je vis dans un super appartement, j’ai des amis géniaux et je sors avec la femme la plus sexy que j’ai jamais vue. Elle est d’un grand soutien, elle s’amuse bien et elle déménagera bientôt lorsqu’elle aura obtenu son diplôme. L’énergie positive et l’amour que nous partageons sont tristement entachés par le fait qu’éventuellement, nous allons nous séparer, et ça va craindre.
Mais ce n’est ni ici ni là. Mon problème, c’est que je déteste mon travail. J’hésite à me réveiller le matin et à aller travailler. A mon bureau, chaque coup de téléphone et chaque email apporte avec lui un sentiment d’effroi, parce que j’ai peur que ce soit mon patron qui va me dire que j’ai merdé. Il n’y a pas de satisfaction dans un travail bien fait, et je n’obtiens aucune reconnaissance. Toutes mes idées sont nulles, parce que tout le monde autour de moi a plus de pouvoir que moi, et est convaincu qu’ils savent comment faire les choses le mieux, même si aucun d’eux ne sait la moindre chose sur les communications (ma spécialité), les relations publiques, la publicité ou le marketing.
Soupir. Que faire ?
Après beaucoup d’introspection, je décide de m’échapper de cet enfer et de démissionner. Je n’aurai aucun revenu, mais au moins je ne me détesterai pas.
Je me souviens encore d’être entré dans le bureau de mon patron le lendemain, plein d’angoisse. Je me souviens de m’être assise et de me sentir mal à l’aise et mal à l’aise, comme je me suis toujours sentie en sa présence. Je me souviens qu’il m’a regardé une seconde, puis a regardé son écran d’ordinateur et s’est plaint du nombre de courriels qu’il avait reçus. Pas de bons souvenirs.
Je me souviens aussi m’être ressaisie et lui avoir dit que j’avais démissionné. Je me souviens d’avoir pris une couleur rouge vif, comme si j’avais honte de moi. Je me souviens aussi de l’expression de son visage, un étrange mélange de condescendance et de perplexité. Je me souviens surtout d’être retournée à mon bureau en souriant d’une oreille à l’autre, avec un énorme sentiment de libération ! Oh, et dire à mon pote ce qui vient de se passer.
Nous sommes en juillet 2010. Je suis à la maison, en train de me détendre. Je n’ai plus de travail, ce qui est génial. Je n’ai plus de petite amie, ce qui craint. J’ai toujours mon super appartement, donc je suppose que je suis dans un espace neutre.
L’avenir est ouvert. C’est plein de possibilités, mûres d’opportunités, comme un fruit tendre qui attend d’être cueilli des mains ouvertes de l’univers.
Ce n’est pas une bonne chose. Il y a trop de possibilités disponibles. Je ne sais pas ce que je veux faire quand je serai grande, même si j’ai 26 ans. J’ai peur d’échouer dans ce que je veux être.
J’ai peur. Et je ne peux rien y faire.
J’ai donc fait le choix, sur-le-champ, de devenir écrivain. “C’est ma vocation”, je pense, “et je vais la suivre jusqu’au bout.”
Malheureusement, je découvre au cours des deux prochains mois que c’est plus difficile qu’il n’y paraît d’être écrivain.
Nous sommes en août 2010. Je lis beaucoup et je regarde la télé. Je commence à travailler sur un roman, et c’est super médiocre. Je m’amuse avec le web design. Je m’entraîne à Tekken 6:BR pendant quelques semaines, je pars en voyage à Toronto en septembre et je deviens le champion canadien au match. Je suis exultant.
Cependant, je ne suis toujours pas écrivain. Je pose ma candidature pour l’écriture de scénarios, la rédaction de textes, la rédaction de blogs et tout type de travail d’écriture que je peux trouver et qui rapporte plus que des cacahuètes. Je ne les comprends pas. En attendant, je fais quelques contrats de conception de sites Web pour gagner de l’argent rapidement et joindre les deux bouts. Mais ma dette de carte de crédit augmente lentement, et ma satisfaction personnelle est en chute libre. Je doute un peu de ma détermination. Après tout, cela fait un an que j’ai obtenu ma maîtrise, mais je n’ai rien à montrer pour cela.
Mais je ne regrette pas ma décision d’arrêter.
Alors je continue à pousser vers l’avant, et à m’accrocher à mon rêve, tout en essayant d’autres choses.
Entrez dans le jeu.
Nous sommes en octobre 2010. Après avoir lu The Game de Neil Strauss, j’essaie de comprendre comment draguer les femmes en utilisant les stratégies qu’il décrit. Je suis nulle pour ça, et je suis constamment rejetée. Je ne vais pas très bien, mais je m’amuse. Je rencontre quelques gars qui sont mon groupe de soutien, mes coéquipiers, et bientôt, mes frères.
Je décide d’aller de l’avant et de prendre une partie de mes économies pour payer un atelier d’une fin de semaine avec Mystery, un maître ramasseur et le premier homme.
de mettre au point une méthode appropriée pour attirer les femmes.
Je suis fasciné par ce que j’apprends de lui. Je reviens à Montréal, et je suis à la lettre ses instructions de formation. Je sors 4 soirs par semaine, pendant 6 semaines, et je rencontre plus de 700 femmes. Je commence à réussir, et pour la première fois depuis l’obtention de ma maîtrise, je ne me sens pas comme un échec.
Mon succès commence à se répandre dans le reste de ma vie. Je commence à prendre de l’élan et à croire en moi.
Tout d’un coup, on est en décembre, et je pose ma candidature pour un emploi dans une société de production cinématographique et télévisuelle. Il s’agit d’un stage de l’APMC, où l’Association canadienne de production de médias me versera un salaire complet pour travailler dans une industrie où il est difficile de percer. Mon contrat durera jusqu’en juin, mais je m’en inquiéterai plus tard.
Pour l’instant, je vais aimer ce travail et utiliser ce succès pour me propulser vers l’avant.
Oh, et je vais commencer à écrire.
Passez à la partie 2