Le saut à l’élastique et le sens de la vie

plan-cul-fille-noire-soissons

Tout a commencé par un coup de fil.
“Salut Broski, c’est JP. Je sais que vous êtes occupé au travail, alors je serai bref. C’est mon anniversaire ce week-end, et je veux que tu sois là.”
“Ça va être un peu dur pour cet homme”, lui ai-je répondu. “J’ai déjà acheté un billet pour le long week-end, je ne sais pas si je peux faire Montréal-Toronto ce week-end aussi.”
“D’accord, mais voilà le plan”, a-t-il dit. “On va faire la fête vendredi soir, puis juste après on va à Ottawa pour sauter à l’élastique.”
Je me suis arrêté une seconde et j’y ai réfléchi.
“Laissez-moi vérifier les horaires des trains.”
Et c’est comme ça que j’ai décidé de sauter d’une falaise.
Certains d’entre vous ne le savent peut-être pas, mais je vis ma vie assez spontanément depuis un an. Essentiellement, après des années passées à rester à l’intérieur, à étudier dur et à ne pas prendre beaucoup de risques, j’avais l’impression de laisser la vie me passer sous le nez.
Pour me rebeller contre cela, j’ai commencé à faire des choses qui n’avaient pas du tout de caractère pour moi et j’ai régulièrement repoussé mes limites. Depuis juillet de l’année dernière, j’ai fait la fête à Ibiza, participé à une retraite de méditation ayurvédique de trois jours, suivi un cours sur la façon d’attirer les femmes, pris 20 livres au gymnase, écrit un scénario pilote, déménagé à Toronto pour un emploi et plus récemment, j’ai sauté à l’élastique.
Je vis avec un carpe diem légèrement modifié pour m’assurer de ne pas me brûler.
La clé, c’est de vivre pleinement sa vie, et de faire ce que je veux, tant que je le veux :
1. Je peux me le permettre. C’est important. Je ne veux pas maximiser ma carte de crédit pendant des vacances géniales, puis passer les 3 prochaines années à souffrir et à essayer de payer pour cela. Si c’est juste un peu plus que ce que je peux me permettre, je suis définitivement partant.
2. Ça ne fait de mal à personne. Bien que je ne puisse pas nécessairement contrôler ce que ressentent les autres, il y a certaines limites que je ne franchirai pas parce qu’elles entraîneront intentionnellement la souffrance de quelqu’un d’autre. Par exemple, j’ai récemment eu une femme avec un petit ami qui m’a fait des avances. Elle était canon, et voulait baiser, mais je suis parti, parce que je ne me mêle pas des relations des autres. On peut dire qu’elle va le tromper de toute façon, mais je m’en fiche. Elle ne le trompe pas avec moi.
Après mon appel téléphonique avec JP, la première chose que j’ai faite a été de vérifier les prix du train et du bus. Il s’est avéré que je serais capable d’arriver à temps si je prenais le train, et c’était aussi abordable. Règle n°1 ? Vérifier.
Si je sautais, personne d’autre que moi ne serait blessé. Règle n°2 ? Vérifier.
Et c’est ainsi que je suis retourné à Montréal pendant 5 heures avant de sauter d’une falaise.
Vendredi, j’ai pris le train à la gare Union de Toronto à 17 h. J’ai fait une sieste, lu un livre et je suis rentré à Montréal à 22 h 30. J’ai eu un court sentiment de nostalgie lorsque j’ai parcouru mon appartement, mais je n’ai pas eu le temps de m’y adonner. J’ai rapidement pris quelques tongs, quelques nécessités que j’avais oubliées, puis je me suis précipitée chez ma sœur.
J’ai eu de bonnes retrouvailles avec mes amis et ma famille avant d’aller à la super fête. Boissons, shots, un peu de danse, rencontré une jolie fille, puis nous sommes allés au Orange Julep pour boire un peu de junk food.
À ce moment-là, une de nos voitures ne voulait pas démarrer, alors nous l’avons augmentée avec l’autre voiture.
Heure : 4h20.
La virilité : infinie.
Nous avons roulé tout droit jusqu’à 6h30 du matin, avec une courte escale en prenant le traversier, jusqu’à ce que nous arrivions à Wakefield et au Great Canadian Bungee.
Après quelques négociations parce que nous avons manqué notre temps de saut d’une demi-heure, ils nous ont fait entrer à 9h du matin.
Faites une sieste collective dans la voiture.
C’est l’heure
C’est à ça que ça ressemblait au petit matin.
Et puis je l’ai fait.
Le saut à l’élastique, c’est de la folie. Contrairement à la croyance populaire, il y a très peu ou pas de coup du lapin. Au lieu de cela, j’ai senti une légère pression dans ma tête par la suite à cause de tout le sang qui se précipitait sur mon visage et qui pendait à l’envers pendant quelques minutes.
Quand j’ai marché sur cette grue, il n’y a jamais eu un moment de doute. Je n’ai pas pensé une seconde que je pourrais ne pas sauter. J’ai juste grimpé, regardé les autres personnes plonger, et j’ai aimé regarder les cris et les rires. Quand j’ai fait demi-tour, je me suis retroussé les manches et je me suis enfermé.
J’avais la possibilité de me baigner dans l’eau, mais j’ai décidé de ne pas le faire. Je me suis dit que le choc d’une chute à une vitesse de 80 km/h pendant une chute de 200 pieds serait plus que suffisant pour faire monter mon adrénaline.
Une fois toutes mes sangles vérifiées, on m’a dit de marcher jusqu’au bord et d’avoir le bout de mes pieds penché.
CLANK ! La porte s’est fermée derrière moi, et le type a crié “PRÊT ! CINQ QUATRE TROIS TROIS…”
“Oh merde !” J’ai pensé, et j’ai eu une fraction de seconde de panique, en regardant la piscine d’eau à une distance infinie en dessous de moi.
“….DEUX UN !”
Et puis j’étais parti, et je suis tombé.
C’était une sensation incroyable. Tout s’est calmé, il n’y avait que la sensation du vent sur mon visage, et la vue de l’eau qui montait à toute vitesse ridiculement vite. C’était presque calmant et apaisant, d’une manière de drogué à l’adrénaline.
Juste au moment où j’étais sur le point de toucher la piscine, l’élastique a atteint sa longueur maximale, et j’ai été tiré vers le haut. Cette fois, j’ai été ébranlé par ma rêverie et j’ai crié de joie pure au deuxième rush, qui arrive au sommet de l’ascension. Le cordon se replie et vous vous levez jusqu’à ce que vous atteigniez son extrémité. Il y a une fraction de seconde de “OH SHIT” pendant que vous flottez pendant cette fraction de temps entre le moment où vous atteignez le sommet et celui où vous tombez à nouveau.
Cette fois, vous savez à quoi vous attendre, et c’est une chute impressionnante.
Jetez un coup d’oeil :

Une fois le saut terminé, nous sommes allés chez mon copain à Ottawa, avons mangé et avons passé l’après-midi à nous rafraîchir près de la piscine.
À 18 h 30, j’ai pris le train pour Toronto et je me suis endormi dans mon lit à 23 h 30.
Durée totale de l’aventure : 30,5 heures
Voyage : 12 heures
Dormir : 3 heures
Amis : 15 heures
Nostalgie : 15 minutes
Sautez : 1 min 30 sec
Peur : 1/2 seconde
Souvenirs : la valeur d’une vie
Ensuite, nous nagerons avec les requins.
Vous prenez des risques ? Avez-vous déjà fait quelque chose de fou que vous avez aimé/regretted après ? Laissez un commentaire et racontez-moi tout. J’adorerais entendre parler de la folie que vous manigancez.
Aussi, si vous ne l’avez pas déjà fait, cliquez sur le bouton LIKE dans la boîte Facebook à droite, et/ou suivez-moi sur Twitter !